AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» nana suite tome 22 !!!!
Mar 24 Juin - 23:26 par Hachiko-san

» Présentation de Ryôken - Différente des autres
Jeu 1 Aoû - 3:29 par Ryôken

» Me voici : Tika-chan
Sam 12 Jan - 5:00 par Tika-chan

» présentation
Sam 27 Oct - 22:11 par lil

» Santé d'Ai Yazawa
Dim 14 Oct - 15:44 par anémone04

» Formulaire de présentation
Jeu 11 Oct - 22:38 par anémone04

» Nana
Ven 14 Sep - 20:13 par Hachi2011

» moi z'es zuzu (moi c'est juju)
Jeu 23 Aoû - 18:34 par juliette300

» Omelette japonaise [ article en cours]
Jeu 23 Aoû - 17:57 par juliette300

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires




Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 Légende du fil rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hachiko
Admin
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 25
Localisation : quelque part entrain de manger

Feuille de personnage
Pseudo: Hachi
Age: 18 ans

MessageSujet: Légende du fil rouge   Lun 11 Jan - 2:00

Issu de folklore chinois et présente dans toute l'asie, cette légende raconte l'histoire d'un vieillard sous la lune qui, en façonnat de speties statuettes en terre des futurs époux et en le sliants par un fil de soie rouge, détermine les futures alliances matrimoniales.

Ce mythe apparait pour la première fois dans l'auberge des fiançailles, l'un des contes du receuil des récits fantastiques Xuyouguailu, de Li Fuyan (775-833)

En voici l'une des nombreuses variantes :

Un beau soir, un jeune voyageur du nom de Wei Gu descendit pour la nuit dans une auberge de Songchen. A la clarté de la lune, il vit près de l'entrée un vieil homme appuyé contre un sac de toile. Celui-ci semblait consulter un registre. Intrigué, il s'approcha. N'apercevant que des pages vierges, il ne put s'empêcher de lui demander ce qu'il pouvait bien y chercher. Le vieillard lui répondit : "Toutes les unions matrimoniales de ce monde y sont inscrites". Et comme Wei Gu regardait le sac de toile d'un air interrogateur, il poursuivit :" Ce sac contien les fils de soie rouge qui, une fois attachés aux pieds de deux effigies, vouent leurs modèles à devenir lari et femme. Et ce, quels que soient le temps, la distance, et les circonstances qui les séparent actuellement. Le fil peut sétirer ou s'emmêler, mais il ne cassera jamais... Tant que les pieds des futurs époux sont attachés l'un à l'autre, il est inutile de chercher quelqu'un d'autre".

La curiosité l'emportant sur la raison, Wei Gu ne put s'empêcher de lui demander s'il savait qui il épouserait. Le vieil homme lui répondit en riant : "Contre le mur nord de l'auberge se trouve l'étal d'une vieille marchande de légumes. ta future femme, c'est sa petite-fille". Le jeune homme, pensant qu'il se moquait de lui, monta se coucher sans plus rien demander. A son réveil, il décida tout de même d'aller y jeter un oeil. Et il la vit : une petite fille au nez mal essuyé et qui ne payait pas de mine, courait de-ci de-là près de l'étal. Vexé, il la fit tomber au moment où elle passait près de lui. Blessée, l'enfant se mit à pleurer à grand bruit et Wei Gu s'éclipsa mi-honteux mi-rageur.

Plusieur années passèrent. S'étant distingué lors d'une campagne militaire, Wei Gu se retrouva fiancé à la fille du chez de l'arsenal de Xiangzhou. Le soir des noces, et comme l'exige la coutume, il découvrit pour la première fois le visage de sa femme. Intrigué par une petite cicatrice qu'elle avait entre les sourcils, il la questionna. Celle-ci lui répondit : "Quand j'étais petite, un jour alors que je tenais compagnie à ma grand-mère, un vaurien m'a fait tomber sur le front et j'en ai gardé cette cicatrice". Wei Gu dut alors se rendre à l'évidence : sa femme n'était autre que la petite fille dont lui avait parlé le vieillard et celui-ci devait bien être dieu. Honteux, il confessa son histoire qui finit par parvenir aux oreilles du préfet de Songcheng. L'auberge fut alors renommée "Auberge des fiançailles" et bientôt, l'existence du vieillard sous la lune dut connue de tous. Quant à Wei Gu et sa femme, ayant pris conscience que leur union n'était pas le simple fruit du hasard, ils eurent à coeur de ne jamais se disputer...

On raconte parfois que, si certains couples ne s'entendeant pas bien, c'est parce que le vieillard, qui ne dispose que d'un local limité pour faire sécher les effigies en terre qu'il fabrique, doit en laisser dehors. Il arrive que la pluie les fasse fondre partiellement diminuant de ce fait l'harmonie de leur union.

Il fau savoir qu'en Asie, la couleur rouge, associée aux noces, est de bon augure.
La coutume de faire tenir aux futurs époux l'extrêmité d'un fil de soie rouge durant la cérémonie de mariage était déjà connue sous la dynastie chinoise des Tang (618-907). De nos jours et depuis la dynastie des Song (960-1279), le fil a été remplacé par un mouchoir.


source : je ne suis pas un ange tome 1, dans les clés de compréhension
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hachi-nana.forumactif.com
 
Légende du fil rouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[ - Nana & Hachi - ] :: Divers :: Coutumes et légendes asiatiques-
Sauter vers: